Articles les plus consultés

07 décembre 2010

Mario Ceroli, vaguement arte povera

Mario Ceroli, "La vague" - DR



Certains voient en Mario Ceroli l’un des précurseurs de l’arte povera («art pauvre»). D’autres (en majorité) précisent que l’artiste n’a jamais fait partie de ce mouvement. Pour preuve, il n’a pas participé à la première exposition, en 1967 à la galerie la Bertesca de Gênes, qui regroupait treize jeunes artistes, exposition fondatrice de l'arte povera, selon le nom donné par le critique Germano Celant. D’ailleurs, Ceroli ne figurait pas non plus à «Arte povera 2» qui, à la galerie Di Méo, rassemblait en novembre des pièces des principaux protagonistes, Giovanni Anselmo, Alighiero e Boetti, Mario Merz...
Présentation de l'artiste dans un article "Mario Ceroli ne laisse pas de bois" du journal Libération : http://next.liberation.fr/culture/01012306544-mario-ceroli-ne-laisse-pas-de-bois
Le site de l'artiste : http://www.ceroli.com/






"Ritratto di un mio Amico Greco"(1982); 60x120x60 cm.
Bois. Collection privée.