Jury MASTER 2014

Jury BAC 2014

30 mars 2011

Sculpture vaudou


Sculptures vaudou Nago et Fon, Bénin.
Bois, corde, coquillages, métal, tissu, argile, plume, végétaux, os, patine sacrificielle.
Collection Anne et Jacques Kerchache. Photo © Yuji Ono



La Fondation Cartier pour l’art contemporain présentera pour la première fois au public un ensemble exceptionnel d’objets vaudou issus de la collection Anne et Jacques Kerchache dans une scénographie conçue par Enzo Mari, l’un des grands maîtres du design industriel italien. L’exposition est organisée avec la complicité d’Anne Kerchache – aujourd’hui Madame Kamal Douaoui – qui fut l’épouse de Jacques Kerchache jusqu’à son décès en 2001... ...Dès les années 1960, Jacques Kerchache a su reconnaître la puissance esthétique et l’originalité stupéfiante de la statuaire vaudou et de ses formes. C’est à cette époque, lors de ses premiers voyages dans l’actuelle République du Bénin, berceau du vaudou, qu’il commence à rassembler ce qui est devenu aujourd’hui la plus importante collection de sculptures vaudou africaines. L’exposition présentera une centaine de ces objets, dont certains appartiennent désormais à des collections privées... ...Les sculptures vaudou, assemblages anthropomorphiques de cordes, d’os, de coquillages ou de terre cuite, jouent un rôle primordial dans la pratique de ce culte religieux très ancien et toujours vivant, des côtes du Togo à l’ouest du Nigéria. Recouvertes d’une épaisse couche de matière faite de terre, d’huile de palme et de poudre, ces sculptures étranges et troublantes dégagent un sentiment de tension et d’appréhension. Leur esthétique ambiguë est intimement liée à leur rôle qui est à la fois de protéger leurs propriétaires du danger et de nuire aux personnes responsables de leurs problèmes...
Extraits de la présentation de l'exposition sur le site de la Fondation Cartier : http://fondation.cartier.com/ Suivre le lien "presse" sur la page d'accueil pour découvrir le très beau dossier de presse (imprimable) ainsi que de nombreuses photos. Du 5 avril au 25 septembre 2011, à la Fondation Cartier pour l'art contemporain à Paris