Articles les plus consultés

16 avril 2011

Anthony McCall, et la lumière fut...


L’artiste britannique Anthony McCall a choisi d’installer une oeuvre lumineuse de la série «solid light films» dont la forme et le sens répondent à l’architecture gothique du Collège des Bernardins. Deux cônes de lumière, formés par le halo des projecteurs vidéo, dessinent sur le sol des figures qui, se déployant en un mouvement perpétuel, construisent dans l’espace une architecture immatérielle. L’oeuvre de McCall, inspirée du cinéma et de la performance, permet au visiteur d’assister à l’expansion d’un dessin et d’éprouver la puissance de ce simple motif qui, porté par la lumière, devient une géométrie structurant le vide apparent de la sacristie.

Présentation de l'exposition sur le site du Collège des Bernardins : http://www.collegedesbernardins.fr/index.php/art/arts-plastiques.html

Né en 1946, Anthony McCall, installé à New York, a une pratique pluridisciplinaire où se chevauchent films, sculptures, installations, dessins et performances. Aujourd’hui célèbre sur le plan international, il a été exposé ces dernières années, entres autres lieux prestigieux, au MOMA de New York, à la Tate Modern et à la Serpentine Gallery de Londres, au Moderna Muséum de Stockholm, au Musée de Rochechouart et à l’IAC de Villeurbane.


L'exposition que vous n'avez sans doute pas vue : du 3 février au 16 avril 2011, dans l'ancienne sacristie du Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy à Paris.
L'article du journal Libération : http://next.liberation.fr/culture/01012331085-mccall-fait-tourner-les-cones
Le site de l'artiste : http://www.anthonymccall.com/