Articles les plus consultés

14 septembre 2009

Teruhisa Suzuki, camera obscura


C'est porte fermée et de l'intérieur qu'on peut découvrir toutes les subtilités de cette sculpture car rien dans son aspect extérieur massif ne laisse deviner que la lumière pénètre à l'intérieur et que le paysage extérieur se projette sur des dépolis par le principe du sténopé (chambre noire avec un petit trou qui sert d'objectif). Découverte de l'artiste japonais Teruhisa Suzuki à l'occasion de l'exposition "La Vie des Formes", à Chalon ; du 12 septembre à la mi-novembre 2009, ce sont 18 sculptures - dont certaines monumentales - qui viendront animer l'espace urbain chalonnais et notamment les bords de Saône; avec parmi d'autres Mark di Suvero, Jean-Paul Domergue, Regina Falkenberg, Jean-Patrice Rozand, Jean-François Coadou, Charles G. Simonds, : http://www.vivre-a-chalon.com/lire_Chalon-Expo--_La-vie-des-formes_-_-Les-sculpteurs,23030f42b912bf47e2c28af9cc19658d3cd935d3.html

Ce sculpteur se caractérise par des pièces qui tiennent souvent du land art et qui intègrent fréquemment un dispositif de camera obscura, d'où sans doute le choix de son oeuvre pour le Musée Niépce de Chalon.

Le site de l'artiste (voir l'onglet "installation" en particulier) : http://www.asahi-net.or.jp/~sg8k-isgi/insta/index.html