Articles les plus consultés

23 juillet 2010

Stéphanie Cherpin, le Nirvana du recyclage

"Daddy’s little girl ain’t a girl no more" (2009).
Bois, peinture. 350 x 250 x 250 cm.
Courtesy Cortex Athletico, © Stéphanie Cherpin.


"Les sculptures de Stéphanie Cherpin semblent davantage représenter des matières que produire une quelconque figuration. Dans une économie de moyens recherchée, elle travaille à partir d’objets récupérés ou achetés, objets standards, usuels, industriels, qu’elle désosse puis remanie, modifie et assemble sans hiérarchie. Son travail de sculpture passe par une phase de reconstruction particulièrement physique qui consiste en une domestication des matériaux et que l’artiste assimile à une transe. Elle donne lieu à des sculptures sans concession dont l’esthétique produit à la fois un effet d’attraction et de répulsion.
Qu’ils soient identifiables ou non, les différents éléments s’animent dans ces sculptures anthropomorphes ou culturellement marquées. Comme dans les peintures abstraites, chacun peut y voir ce qu’il souhaite : un personnage, un animal, un objet décoratif ou utilitaire… À partir d’une caravane ou d’une cabane pour enfants, elle réalise des habitacles inquiétants, délités et impraticables."

Extraits du texte de présentation de l'exposition sur le site de 40mcube : http://www.40mcube.org/www/index.php/expositions/9/use-once-and-destroy-stephanie-cherpin
Exposition "Use once and destroy", du 24 septembre au 18 octobre 2010 (Vernissage le 24 septembre). Rennes, "40mcube".
Aussi au Spot (Le Havre) à l'automne 2010. http://www.le-spot.org/

Voir le dossier de presse très illustré d'une précédente exposition "Cortex Athletico" (y découvrir également, si vous avez le temps, d'autres artistes comme Pierre Clerk) : http://www.cortexathletico.com/images/documents/stephaniecherpindoc.pdf