Articles les plus consultés

13 février 2009

"Sylvie Macias Diaz, sculpter l'espace "

Buildings Extension, 2009 , Installation in situ à l’Iselp, Bruxelles, © photo Philippe De Gobert


"Habiter, cuisiner. Nul besoin de rappeler que la moitié de la somme en deux volumes naguère élaborée par Michel de Certeau et consort y est consacrée pour admettre qu'il s'agit bien là de deux fondamentales données à la perpétuelle invention de notre quotidien. Et les architectures de cageots de Sylvie Macia-Diaz (Verviers, 1968), qui ont fondé pour bonne part, au même titre que le jeu, sa démarche et pratique artistique en sont une très belle et métaphorique synthèse. Ses villas, Pedrena ou Pilotis pour les nommer, ses garages, abris de fortune et tours modernistes, de la maquette à l'échelle réelle, sont autant d'habitats et de refuges bâtis en bois léger et déroulé, ces cagettes à claires-voies destinées aux transports des denrées alimentaires. La villa Pilotis, somme toute, ce n'est que douze cageots de pommes, quinze cagettes de fraises et trois bourriches à huîtres, mais aussi une installation lacustre plantée en plein milieu d'une piscine de fortune, frêle construction économe et nomade. Ses trois tours, comme des cages à poules, sont empilements de cageots, morceaux de vitres et chutes de vinyle ou de tapis, tandis qu'abris et garages, construits eux à échelle réelle, cageots et palettes agencés, auraient pu l'être par une bande de gamins, experts du cordeau toutefois, sur un marché après le départ des maraîchers. Nous pourrions de ces architectures être, au propre comme au figuré les usagers. Certains l'ont d'ailleurs été, sur la plage d'Ostende, réduisant un abri "vue su mer" à peine érigé à un tas de cendres, précipitant l'éphémère de la production et ce qui devait résulter de toute façon tant de l'abri que du matériau mis en œuvre."

La suite de l'article de Jean-Michel Botquin à propos du travail de Sylvie Macias Diaz sur le site de la galerie Nadja Vilenne (5, rue Commandant Marchandb à 4000 Liège) : http://www.nadjavilenne.com/macias_txt_set.htm

L'artiste, prix de la jeune sculpture de la Communauté Française de Belgique en 2005, présente actuellement son exposition "Building extension" à l'ISELP à Bruxelles (Institut supérieur pour l'étude du langage plastique http://www.iselp.be/), chaque jour (sauf dimanches) du 13 février au 18 avril 2009.
Le communiqué de presse :
Sylvie Macias Diaz propose d’ériger à l’Iselp une sorte de cité miniature, fictive et transitoire, faite de 500 petits cageots en matériaux recyclés. Régulièrement utilisées par l’artiste, ces boîtes composent ici une proposition d’architecture modulable et extensible. En écho à cette maquette, des plans d’occupation au sol évoquent les multiples possibilités d’agencement tandis qu’une projection de dessins plus intimistes renvoie à une évocation de l’habitat comme espace mental et fantasmatique. Dans son ensemble, l’exposition s’offre comme un outil d’exploration de l’imaginaire nourrie d’une réflexion sur l’espace urbain.