Articles les plus consultés

07 avril 2010

Gregor Schneider, Cube


Un projet suisse qui fait du bruit, un an à l'avance... l'installation d'une oeuvre de l'artiste allemand Gregor Schneider dans le cadre des festivités organisées pour les 1000 ans du chef-lieu cantonal de Neuchâtel, en 2011. Le projet «Abstract Protest» du Centre d’art contemporain de Neuchâtel (CAN) exposera "Cube", une œuvre controversée inspirée par la Kaaba de La Mecque. Il est recouvert de tissu noir à l’aspect velours et doit être orienté de la même façon que le mythique monument. De grandes villes comme Venise (Biennale 2003), Berlin, Paris et Londres ne l'ont pas exposé pour éviter de choquer certaines sensibilités. Il a cependant été présenté à Hambourg en 2007 (photo ci-dessus).

Soucieux d’être bien compris, Arthur de Pury a insisté sur les intentions de l’artiste. «Cube n’est pas une réplique de la Kaaba, ni même sa représentation. Gregor Schneider est parti du carré noir sur fond blanc de Kasimir Malevitch (1915), qui est devenu une icône de l’art moderne. Le croisement avec la Kaaba – qui ne fait l’objet d’aucun interdit de reproduction dans le monde musulman – donne un symbole abstrait et universel. C’est une tentative de faire le point sur l’état du dialogue entre les cultures et en aucun cas un acte blasphématoire.»
Le directeur du CAN reconnaît que l’utilisation, même détournée, du symbole de l’unité des musulmans comporte une part de provocation. «Si c’est le cas, c’est contre notre propre peur de l’autre, contre notre rigidité de penser. Il est sain que cette pièce puisse être montrée. La fonction de l’art est d’offrir un espace dans lequel il est possible d’aborder des sujets sensibles.»


Extrait de l'article du journal Le Temps "Un «Cube» pour une discorde" : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/48589ed2-41bc-11df-807f-15ce65b6dde2/Un_Cube_pour_une_discorde
Voir également d'autres points de vue : http://www.al-kanz.org/2010/04/15/kaaba-suisse/

Le projet artistique de Gregor Schneider est le réaménagement de sa maison familiale. Il la tranforme et crée sans cesse de nouveaux espaces, isole des chambres, barricade des fenêtres, en fabrique d'autres, générant un labyrinthe relativement angoissant qu’il intitule Haus u r (« la maison u r »). Depuis 1990, il reproduit des morceaux de cette maison dans des galeries et musées. (Repris de fluctuat.net).

"Süβer Duft", Gregor Schneider ©Marc Domage

Le site de l'artiste : http://www.gregorschneider.de/ et le site non officiel (plus amusant, avec une vidéo interactive qui reproduit un parcours labyrinthique) : http://www.gregorschneider.net/ . Et pour terminer, une petite vidéo pour vous mettre dans l'ambiance de la Maison U R : http://www.youtube.com/watch?v=xMqFSWGBL-c