Articles les plus consultés

16 novembre 2009

Umberto Boccioni, petits dommages entre amis


La Ville de Milan a assigné en justice le musée d'Ixelles, ainsi que l'institut central de restauration, le ministère italien des Affaires étrangères. En cause, les dommages ("des dommages permanents et irréversibles de 35,94 pc de sa surface") portés à une sculpture en bronze de l'artiste italien Umberto Boccioni "Formes uniques de la continuité dans l’espace" (1913).
L'oeuvre avait été prêtée lors d'Europalia Italie en 2003-2004. Le montant de restauration suite aux dégradations est de près de 300.000 euros. La municipalité milanaise a envoyé la facture à l'assureur de la sculpture, Ina Assitalia, qui a proposé un dédommagement de 3.000 euros. Milan a refusé et tenté en accord à l'amiable, en vain.


Et pour enrichir le débat, une déclaration à la libre de Nicole d’Huart, conservateur en chef du Musée à l’époque des faits : "le conflit est entre le musée prêteur et la compagnie d’assurance italienne. Je ne minimise pas les faits. Le musée de Milan était venu constater les dégâts, peu visibles à l’œil nu, sur place. S’ils avaient été importants, cette œuvre n’aurait pas pu rester jusqu’à la fin de l’exposition."
Signalons que cette oeuvre est couramment appelée "l'homme en mouvement".